Séoul logements

Le Seoul Institute estime à 3 913 le nombre de logements qui sont abandonnés. Afin de mener cette étude, l’institut à utiliser les donnés de consommation d’eau et d’électricité.

Avec 391 habitations, c’est Seongbuk-gu qui détient le plus de logement vides. Seongbuk-gu se situe au nord-est de Séoul. Suivis par Jongno-gu et Yongsan-gu, au centre de Séoul.

La majorité des logements non-occupés se situent dans des zones non concernées par les plans de développement de la mairie de Séoul et nécessitent des travaux de rénovation.

Lorsqu’un quartier est exclu du projet de réaménagement du gouvernement local, les habitants quittent leur domicile pendant une longue période et finissent par être désertés, ce qui aggrave l’environnement résidentiel et attire la criminalité. – Seoul Institute

Le Seoul Institute estime donc que ces logements vacants risquent d’augmenter la criminalité dans les zones concernées. En conséquence, le groupe de réflexion recommande à la mairie de Séoul de mener avec plus de régularité des analyses de logement vacant. Cela permettra d’identifier des zones fortement abandonnées afin de proposer des plans de redéveloppement. Ces analyses permettront aussi de tenir informé les propriétaires pour qu’ils puissent vendre le logement par exemple. Cependant, cela signifie créer une plate-forme pour fournir des informations sur les logements vacants à vendre et à acheter.

Ces 3 900 logements non occupés correspondent à des habitations anciennes. En 2016, Korea Statistics estimait à 95 000 logement vides sur Séoul. Ce nombre incluait les logements neuf par encore habités. En ne cherchant que les logements de plus de 30 ans, 11 000 habitations étaient abandonnées. Elles se situaient majoritairement à Mapo-gu et Ahyeon-dong, qui connaissent depuis des réaménagements.

Ma Dong-seok va faire ses débuts à Hollywood en tant que producteur

Previous article

Le retour de la surenchère entre Corée du Nord et Etats-Unis

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

More in Lifestyle