Les patients des hôpitaux coréens COVID-19 rajeunissent et une part croissante d’entre eux se retrouvent en soins intensifs. Actuellement, les restrictions d’âge pour la vaccination interdisent aux personnes de moins de 55 ans de se faire vacciner.

À la fin de samedi, un peu plus de 61% des 324 patients actuellement atteints de COVID-19 critique (ce qui signifie qu’ils sont sous assistance respiratoire ou respiration artificielle) à l’échelle nationale étaient âgés de 59 ans et moins.

Deux patients dans la vingtaine sont décédés en l’espace d’une semaine, portant à cinq le nombre cumulé de décès dans la tranche d’âge.

Jusqu’à présent, en Corée, les personnes protégées par une vaccination complète ne représentent que 13% des 51 millions d’habitants. Près de 38% ont reçu au moins une dose.

Avant le week-end, Jeong Eun-kyeong, commissaire de l’Agence coréenne de contrôle et de prévention des maladies, a déclaré lors d’un briefing que « le contrôle de la propagation se complexifie par les caractéristiques du variant delta », reconnaissant pour la première fois le rôle du variant dans cette nouvelle vague.

« Delta est responsable des nouvelles poussées à travers le monde, y compris la Corée », a déclaré Jeong. L’analyse hebdomadaire de l’agence publiée mardi a révélé que delta apparaissait dans près de la moitié des échantillons de patients séquencés.

Le professeur de maladies infectieuses, le Dr Kim Woo-joo de l’Université de Corée, a déclaré : « Heureusement, nous ne sommes pas sans défense contre le delta, et c’est la vaccination. »

Cependant, en Corée du Sud la campagne de vaccination fait face à de nombreux soucis, un approvisionnement insuffisant couplé à des retards de livraison de la part des labos. Les autorités coréennes doivent donc maintenir le niveau de distanciation sociale afin d’éviter une propagation massive et dangereuse du virus. En effet, dans la capitale, les hôpitaux n’ont plus de lits disponibles.

À Séoul, un patient dans la quarantaine présentant des symptômes de type COVID-19 est décédé mardi alors que les secours l’ont emmené d’hôpital en hôpital dans la ville pour trouver un lit disponible. Il a été testé positif au COVID-19 lors d’un test post mortem.

Un haut responsable de l’Association des hôpitaux de Corée a déclaré que les hôpitaux généraux de la capitale et des environs avaient reçu l’ordre de vider au moins 10% de leurs lits de soins intensifs pour faire de la place aux patients COVID-19. « En d’autres termes, certains patients atteints de maladies ou de blessures mortelles autres que COVID-19 sont expulsés », a-t-il déclaré.

Publié par KoreaHerald, traduit et adapté par KoreaIsGood.

도가니 – Les enfants du silence

Previous article

90% des étudiants coréens en université demandent un remboursement des frais de scolarité.

Next article

You may also like

1 Comment

  1. […] Kwon a déclaré que les restrictions étaient nécessaires pour éviter de saturer les hôpitaux. Cependant, à Séoul, les lits se font très rare comme nous le mentionnons dans un précédent article. […]

Leave a reply