Dokdo Japon Corée du Sud

C’est un des conflits Corée du Sud – Japon existant depuis des années, il passe aujourd’hui une nouvelle étape. Le ministère de l’éducation du Japon vient d’autoriser l’utilisation de 12 nouveaux livres. 9 d’entre eux établissent les îles Dokdo comme territoire Japonais.

L’action de trop pour la Corée du Sud

Le gouvernement condamne fermement l’autorisation du gouvernement japonais à autoriser l’utilisation de manuels dans les écoles élémentaires, y compris sa prétention injustifiable sur Dokdo, qui constitue clairement notre territoire autochtone du point de vue historique, géographique et du droit international.

Kim In-chul, porte-parole du gouvernement coréen

Selon Kim In-chul, cela aura des conséquences négatives pour la bonne entente des deux pays. Effectivement, ces modifications donneront de mauvaises notions géographique et historique des territoires et ce dès l’école primaire.

Le ministre de l’éducation coréen a publié un communiqué similaire. Il estime que cette modification menace gravement la souveraineté territoriale de la Corée du Sud sur Dokdo.

Dans ces nouveaux livres, disponible dès l’année prochaine, on retrouve des accusations très grave. Il est notamment stipulé que le Japon « proteste continuellement contre l’occupation illégale de la Corée du Sud ». Ces propos sont la suite logique des déclarations de 2017 dans lesquelles les manuels japonais stipulaient que la Corée du Sud « occupe illégalement » Dokdo.

Le gouvernement a remonté son mécontentement à l’ambassade Japonaise en Corée du Sud, la voie officielle diplomatique.

Dokdo Japon Corée du Sud

Des relations diplomatiques déjà compliquées

Les modifications des manuels scolaires japonais vont mettre de l’huile sur le feu, pourtant déjà allumé et actif.

L’année dernière, la Cour suprême de Corée du Sud a ordonné à des entreprises japonaises d’indemniser les victimes coréennes de travail forcé pendant la Seconde Guerre mondiale. Lundi, un tribunal sud-coréen a approuvé la saisie des actifs de Mitsubishi Heavy Industries, qui a refusé de suivre la décision. En Janvier, un autre tribunal prennait une décision similaire à l’encontre de Nippon Steel & Sumitomo Metal Corp. Cependant, le Japon déclare que toutes les réparations liées à la colonisation ont été réglées dans un accord entre États de 1965 normalisant les relations bilatérales.

Une étude de 2014 établie que 73% des japonais pensent que Dokdo appartient au Japon.

La ville de Séoul va planter 30 millions d’arbres

Previous article

Le président du conseil d’administration de Korean Air perd sa place

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply