La rivière Imjin

Quatre cadavres, vraisemblablement victimes des inondations nord-coréennes, retrouvés en juillet

Il y a deux semaines, un corps supposé être celui d’un Nord-Coréen a été retrouvé du côté sud-coréen de la rivière Imjin, qui coule depuis la Corée du Nord et traverse la frontière. La défunte possédait sur elle un badge des deux anciens dirigeants du Nord Kim Il-sung et Kim Jong-il, selon les enquêteurs de la police locale.

C’était la quatrième fois qu’en juillet qu’un corps soupçonné d’être celui d’un Nord-Coréen était retrouvé échoué dans le Sud.

Les trois autres corps ne portaient aucun insigne indiquant leur origine. Mais leurs corps minces, leurs vêtements usés sans étiquettes de tissu et l’absence de marques de vaccins soutiennent la théorie selon laquelle ils sont nord-coréens.

Des corps qui flottent


Le premier corps a été retrouvé le 2 juillet, il s’agissait d’un enfant, dont l’âge est estimé entre 3 à 7 ans, échoué sur l’île de Ganghwado, au large d’Incheon. L’enfant ne portait qu’un haut à manches longues.

À peine trois jours plus tard, un autre enfant – un garçon vêtu uniquement d’un short – a été récupéré dans un estuaire de la rivière Han à Gimpo, dans la province de Gyeonggi, juste au sud de la ligne de démarcation militaire. Le 16 juillet, un bébé de 9 mois a été retrouvé nu près du pont de l’Unification sur la rivière Imjin à Paju, au nord-ouest de Séoul.

La piste de la Corée du Nord est largement envisagée par la police car il n’y a pas de trace de vaccins sur le corps des défunts alors que conformément à la loi établi par le gouvernement de Corée du sud un bébé de 3 mois devrait avoir reçu ses vaccins contre l’hépatite et la tuberculose.

Il en va de même pour leurs vêtements qui ne possédaient aucune étiquette conforme au pays.

Des enquêtes policières sont en cours pour établir l’identité des victimes, certains transfuges nord-coréens ont déclaré au Korea Herald qu’ils avaient probablement été victimes d’inondations dans le Nord.

« En Corée du Nord, les inondations estivales font de graves victimes car il manque un système de drainage bien équipé contrairement au Sud« , a déclaré Choi Hyun-joon, 52 ans, fondateur d’Unification Future Solidarity, une organisation dédiée à aider les transfuges nord-coréens à s’installer en Corée du Sud.

Selon la station de radiodiffusion centrale coréenne gérée par l’État du Nord, les provinces occidentales de Hwanghae du Sud et du Nord et la ville de Kaesong près de la frontière intercoréenne ont été frappées par plus de 300 millimètres de pluie du 27 au 30 juin.

Choi a également évoqué la possibilité de glissements de terrain.

« Les montagnes de Corée du Nord sont pour la plupart nues et rocheuses. Comme vous le savez, les arbres, avec leurs racines, maintiennent le sol en place et combattent l’érosion. Les fortes pluies causent souvent d’énormes pertes humaines et matérielles dans le pays, en grande partie à cause du problème de la déforestation », a-t-il déclaré.

Ancien membre du Parti communiste du Nord, Choi a rejoint le Sud en 2008.

S’ils sont nord-coréens, que se passe-t-il ensuite ?

Si le cadavre d’un Nord-Coréen est retrouvé au Sud, le gouvernement de Séoul devrait le signaler au Nord en vertu d’un accord de rapatriement des corps nord-coréens entré en vigueur en 2000.

Sur les quatre cas de juillet, seule la femme portant des insignes nord-coréen est susceptible d’être signalée.

Dans le même temps, les autorités de Séoul sont tenues de vérifier si le défunt a des parents ici.

Cependant, cela semble peu probable, selon le transfuge devenu avocat Lee Young-hyun.

« La Corée du Nord ne voudrait pas révéler ses failles de sécurité en matière d’inondation au monde qui laisse emporter les cadavres de ses habitants. Les autorités nord-coréennes promeuvent toujours leur image auprès des pays étrangers en tant que régime stable », a-t-il déclaré. Il a réussi l’examen national du barreau en 2019, devenant le premier transfuge à le faire.

Quant aux trois enfants, bien qu’ils semblent être nord-coréens, leurs corps sont susceptibles de passer par le processus sud-coréen de traitement des corps non réclamés.

Malheureusement, il n’est pas rare que des corps de Nord-Coréens s’échouent dans le Sud.

Au cours de l’été 2007, les autorités de Séoul ont découvert un total de 11 corps après de fortes pluies dans le Nord. A cette époque, le Nord accepta de les faire rapatrier.

En juillet 2017, lorsque Séoul a interrogé Pyongyang sur le corps d’une femme d’une quarantaine d’années échoué sur l’île de Yeonpyeong près de la frontière, le régime avait refusé de le rapatrié.

Publié par KoreaHerald, traduit et adapté par KoreaIsGood

La négligence dépasse l’alcool comme première cause de mortalité routière

Previous article

Encore 30cm de pluie arrive sur Séoul d’ici vendredi

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

More in National