La Confédération coréenne des syndicats (KCTU), un important syndicat, a été critiquée pour avoir organisé des rassemblements massifs au milieu de la quatrième vague de la pandémie de COVID-19.

Après avoir organisé un rassemblement massif le 3 juillet, où environ 8 000 membres du syndicat se sont rassemblés dans le quartier central de Jongno à Séoul malgré les demandes du gouvernement d’annuler le rassemblement, la KCTU a de nouveau organisé un autre rassemblement auquel ont participé environ 400 membres devant le ministère de l’Économie et Immeuble financier à Sejong. Le rassemblement n’a pas enfreint les règles actuelles de distanciation sociale de la ville administrative.

La KCTU a déclaré plus tôt cette semaine qu’elle prévoyait également d’organiser deux autres rassemblements, ce vendredi et le 30 juillet, à Wonju, dans la province de Gangwon.

Le gouvernement a lancé des avertissements sévères au syndicat au milieu de la résurgence des infections au COVID-19.

La période entre fin juillet et début août devrait être le plus grand tournant de cette résurgence du COVID-19.

Nous appelons la KCTU à coopérer avec la demande du gouvernement de soumettre une liste des participants au rassemblement du 3 juillet et de retirer son intention d’organiser d’autres rassemblements massifs.

Premier ministre Kim Boo-kyum

Parmi les participants au rassemblement du 3 juillet, au moins trois ont été testés positifs pour COVID-19, suscitant des inquiétudes quant à un cluster. Jusqu’à présent, la police a réservé six participants clés soupçonnés d’avoir enfreint la loi sur les rassemblements et les manifestations, la loi sur le contrôle et la prévention des maladies infectieuses et d’entraver la circulation.

Certains habitants de Wonju ont recueilli des signatures de personnes qui s’opposent au projet de la KCTU d’organiser des rassemblements massifs dans la ville, tout en exprimant leurs inquiétudes concernant d’éventuelles infections et l’impact qui en résulte sur l’économie régionale.

Mais la direction de la KCTU affirme que le gouvernement attribue son incapacité à gérer la quarantaine COVID-19 sur les rassemblements. Le chef de la KCTU, Yang Kyung-soo, a déclaré lundi sur Facebook : « La propagation du COVID-19 n’est pas due au rassemblement des travailleurs mais à l’échec du gouvernement dans les politiques de prévention et de quarantaine ».

Tout en préparant un débrayage à grande échelle en novembre, la KCTU a exigé l’abolition de l’emploi irrégulier, l’arrêt des suppressions d’emplois, une augmentation du salaire minimum et des mesures de sécurité accrues pour prévenir les accidents du travail.

Publié par KoreaTimes, traduit et adapté par KoreaIsGood

Hausse continue du nombre de nouveaux cas en Corée du Sud

Previous article

Un chauffeur de bus s’arrête sur un pont de Séoul pour que les passagers prennent des photos d’un double arc-en-ciel

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply