Itzy Andar harcèlement sexuel

Andar, le fabricant coréen de vêtements de yoga n°1 pourrait être frappé par un possible boycott des clients. Sa fondatrice et PDG Shin Ae-ryun n’a pas réussi à convaincre le public avec des excuses écrites dans le scandale de harcèlement sexuel publié sur les réseaux sociaux jeudi dernier.

Une employée a affirmé qu’elle avait été licenciée à tort après avoir accusé son supérieur de harcèlement sexuel. Elle avait été embauchée à Andar en juillet dernier. Elle affirme qu’elle avait souvent été forcée à avoir des contacts physiques avec des collègues masculins au travail.

Le 24 septembre, son patron a ordonné à un collègue masculin de la serrer dans ses bras à plusieurs reprises pendant les activités de l’entreprise après le travail a-t-elle expliqué.

Trois jours plus tard, durant un atelier d’entreprise, un employé est entré dans la pièce où elle dormait. De son côté, l’homme a fait valoir qu’il était seulement entré dans la pièce pour vérifier si elle allait bien, puis était parti immédiatement.

La salariée avait demandé des excuses au supérieur masculin quelques jours plus tard, mais il a refusé. Quelque temps après, l’entreprise l’a licenciée justifiant que la note d’évaluation pendant la période de formation était trop basse.

L’employée a déposé une requête auprès de la Commission nationale des relations du travail dans la province de Gyeonggi, demandant à Andar d’admettre que l’entreprise l’a licenciée injustement et de lui verser une indemnité.

Shin Ae-ryun a publié une déclaration officielle sur les réseaux sociaux disant que le licenciement n’avait rien à voir avec l’infraction sexuelle présumée et la société n’a pris la décision que lors de l’évaluation.

Le communiqué indique en outre que la société ne peut rien confirmer étant donné qu’une enquête policière est en cours et qu’elle prendra des mesures en temps opportun.

L’employée a affirmé qu’elle n’avait pas été informée de la période de formation lorsqu’elle avait posé sa candidature et qu’elle pensait qu’elle était pleinement employée.

Alors que le scandale s’est étendu et retient l’attention des médias et du public, de nombreuses clientes ont critiqué la société pour avoir ignoré les délits sexuels. Le mouvement de boycott de la marque se développe également sur les réseaux sociaux dont Instagram, Facebook et Twitter.

Des clients se rendent sur le compte Instagram de Shin Ae-ryun pour commenter qu’ils ont perdu confiance en Andar, qui ne fait que des excuses et ne traite pas directement le problème.

La fondatrice d’Andar a réalisé la gravité du problème et a publié des excuses trois jours plus tard.

C’est très décevant. Andar est-il vraiment une entreprise ciblant les femmes? Comment peuvent-elles ignorer les infractions sexuelles commises contre une employée alors que leurs clients sont toutes des femmes?

Lee Dan-bi, ancien client fidèle de la marque

Pendant ce temps, Andar a décidé de punir les supérieurs féminins et masculins, qui ont ordonné à l’employé masculin de faire un câlin à la femme et à la personne qui est entrée dans sa chambre pendant l’atelier.

« Nous les avons mis en congé sans solde pendant un mois et avons réduit leur salaire pendant trois mois », a déclaré un responsable d’Andar. L’entreprise a également proposé à l’ancienne employée de retourner au travail, mais elle a refusé expliquant que les excuses de Shin Ae-ryun n’étaient pas sincères.

Cela ne fait que me mettre en colère. Andar dit qu’il veut faire des excuses sincères mais il me semble qu’ils disent qu’ils n’ont rien fait de mal. De plus, comment puis-je retourner travailler avec ceux que j’ai accusés. Ils sont toujours là et je ne peux évidemment pas travailler avec eux de manière normale.
L’affaire n’est pas terminée et je suis en cours de traitement psychologique.

Shin Ae-ryun a commencé sa carrière en 2000 en tant qu’actrice et modèle.

Une étudiante transgenre acceptée dans une université pour femme

Previous article

Seconde baisse de la population en 2 mois pour la Corée du Sud

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply