TitreHONJOK
AuteurFrancie Healey et Crystal Tai
GenreDéveloppement personnel
TraductionVéronique Merland
ÉditionsLEDUC.S PRATIQUE
Parution2020

Les auteures  :

Francie Healey est thérapeute spécialisée dans l’estime de soi, quant à Crystal Tai elle est journaliste spécialiste des mouvements et tendances mondiaux. Elle a travaillé sur la Corée du Sud pour les journaux Monocle, Wallpaper et Lonely Planet.

Le thème :

Le phénomène du HONJOK prend de l’ampleur en Corée du Sud, pourtant connue, pour sa tradition confucianiste et sa prévalence du collectif sur l’individu. Les adeptes du HONJOK revendiquent de ne vivre que pour eux. Réaction d’une jeunesse lassée de devoir suivre les injonctions des aînés, le HONJOK est un moyen de s’opposer aux attentes de la société. Les adeptes revendiquent de ne pas vouloir entrer dans le moule. Les mouvements féministes coréens ont contribué largement à la montée en puissance de ce mouvement. Ce phénomène fait des émules dans d’autres pays d’Asie, comme par exemple, au Japon où ce phénomène prend le nom de ohitorisama.

Mon avis :

J’ai cru, tout d’abord, que ce mouvement se rapprochait de celui des hikkimori du Japon, mais il n’en est rien. Ce qui semblait inconcevable il y a quelques années est désormais un phénomène toléré en Corée du Sud. De plus en plus de jeunes, rejettent, l’idéal de leurs aînés : mariage et enfants, pour vivre seuls.

Le Honjok est une solitude choisie et non subie, bien loin de l’idée préconçue qu’une personne qui est solitaire est forcément dépressive. Ici, la solitude est clairement revendiquée, comme un mode de vie et ce phénomène a pris tellement d’ampleur, que désormais des restaurateurs et des propriétaires de bar organisent des espaces et des menus pour que les adeptes du Honjok puissent apprécier seuls, un verre ou un bon repas.

Je ne connaissais pas vraiment ce phénomène et j’étais curieuse d’en savoir plus. Les auteures précisent que les Honjok ne sont pas des solitaires.

« Etre un solitaire est souvent jugé « bizarre » ou « déviant » puisque les humains ont toujours été des êtres sociaux.

Et pourtant cette image entre en contradiction avec le choix positif de la vie en solitaire menée par les Honjok de plus en plus nombreux. Cette vie, loin de les priver d’épanouissement et de bonheur, les favorise. Il a de plus été montré que la vie en solitaire est bénéfique à la créativité et à l’inventivité. »

HONJOK p.49

Le lecteur pourra, tout d’abord, faire le point sur ce que la solitude représente pour lui (p.52 et 53) puis un cheminement est proposé pour tester sa capacité à accepter la solitude et ce de manière graduelle pour que la transition soit facile à faire. Les questions posées au fil du livre, sont particulièrement intéressantes et permettent au lecteur une réflexion sur son rapport à lui-même.

Il ne s’agit pas ici, de vous couper du reste du monde et de devenir un ermite, mais plutôt de vous offrir des rendez-vous avec vous même pour vous autoriser à vous découvrir ou vous redécouvrir.

« Les gens entrent dans nos vies, et en sortent. La relation la plus intime, la plus constante, la plus durable de toutes est celle que l’on a à soi-même. »

HONJOK p.75

De plus, j’ai aimé, comment les auteures expliquent que nos croyances induisent des comportements de vie qui nous semblent évidents et qui nous influencent dans nos choix de vie. S’autoriser à les interroger permet de savoir qui vous êtes vraiment. S’écouter et se faire confiance, renforcer l’estime de soi et vivre en harmonie avec ses attentes est nommé ici, par les auteures comme « travailler son jugement intérieur »

« […] et donc en s’acceptant, on arrête d’être tributaire de l’approbation des autres. On est libre de faire des changements quel que soit ce que les autres pensent. Et c’est un élément essentiel de l’état d’esprit des Honjok.

HONJOK p.115

Ce livre à l’avantage de s’adresser à tous ; ceux qui par nature sont solitaires et ceux qui sont angoissés à la simple idée d’être seuls. Le lecteur trouvera des conseils faciles à suivre et ne demandant pas beaucoup d’investissement personnel. Les dernières pages du livre consacrées à la manière de vivre en HONJOK nous expliquent comment profiter pleinement de ce temps, subit ou choisi, pour vous déclarer votre flamme et vous dire « Je t’aime ». Etre en accord avec soi, s’autoriser à ne faire que ce que l’on souhaite et se ressourcer.

« La clé est d’arrêter de considérer la solitude comme un vide, comme un état « sans » les autres, et de la concevoir plutôt comme un état « avec » soi-même, donc comme un gain et non un manque. »

HONJOK p.77

Ce livre pourra peut-être vous permettre de vous sentir autorisé à rester chez vous en tête-à-tête avec vous ou alors vous aidera à traverser cette période trouble de confinement, en vous autorisant à rester chez vous et vous accorder bienveillance, tout en vous permettant de découvrir vos nouvelles passions et occupations.

J’avais quelques doutes sur cette notion de HONJOK et la façon dont cela serait abordé. J’ai été agréablement surprise par l’écriture et le développement de ce concept, qui suit une évolution qui permettra à chacun de cheminer à son rythme.

Une lecture salutaire pour tous et pour ceux qui sont curieux de ce phénomène.

Je vous souhaite une bonne lecture !

Quelles actualités KPOP cette semaine ? Février 2021 – Semaine 7 – ChungHa, NCT127, Kang Daniel, LUCY, KINGDOM, TRI’-BE, ONF, I.M. (MONSTA X), GOT7, Solar (MAMAMOO), M.O.N.T, KCON, …

Previous article

Coupang élue meilleure entreprise de livraison tôt le matin

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply