La Corée du Nord a tiré lundi après-midi deux projectiles non identifiés dans la mer au large de sa côte est, selon le Joint Chiefs of Staff (JCS).

Cela marque les premiers lancements du Nord cette année. Cependant ils sont arrivés à un moment plutôt « inattendu », alors que le Sud et la communauté internationale se concentrent sur la maîtrise de la propagation rapide du COVID-19. À la suite d’une alerte aux missiles, Cheong Wa Dae a tenu une réunion d’urgence du Conseil de sécurité nationale.

La Corée du Nord a tiré lundi à 12 h 37, deux projectiles à courte portée dans la direction nord-est sur la mer de l’Est depuis la zone de Wonsan dans la province de Gangwon. On suppose que le Nord poursuit ses exercices de frappe conjointe qui ont débuté le 28 février.

JCS

Ils ont parcouru environ 240 kilomètres avec une altitude maximale de 35 kilomètres et sont présumés être des missiles balistiques à courte portée. Les autorités militaires sud-coréennes et américaines analysent de plus amples détails sur l’arme.

Le lancement a eu lieu trois jours après que le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un ait visité l’armée populaire coréenne (KPA) sur le front oriental du pays pour regarder leurs exercices de frappe conjointe. Cette situation se produit environ trois mois après le lancement par le pays de deux projectiles de son très grand lance-roquettes multiples, de Yonpo, dans la province du Hamgyong du Sud, le 28 novembre. Les lancements de novembre sont intervenus cinq jours après que Kim a ordonné un tir d’essai d’une artillerie côtière.

Y compris le lancement en novembre, le Nord a effectué un total de 13 lancements d’essai de ses cinq différents missiles ou systèmes de fusées l’année dernière, y compris le missile balistique à courte portée KN-23 (SRBM) qui est similaire à un Iskander russe; un système de fusée guidée à lancement multiple de gros calibre; le KN-24 SRBM qui porte les caractéristiques du système de missiles tactiques de l’armée américaine (ATACMS) ou du missile tactique sol-surface de Corée du Sud (KTSSM); le lance-roquettes multiples ultra-large KN-25; et le missile balistique lancé par sous-marin KN-26 (SLBM).

Le tir de projectiles est survenu un jour seulement après que le président sud-coréen Moon Jae-in ait suggéré une coopération intercoréenne dans le secteur de la santé au milieu de la propagation rapide du nouveau coronavirus. Le Sud a signalé plus de 4 000 infections lundi, tandis que le Nord affirme ne pas avoir encore de cas confirmés.

Dans un discours pour marquer le 101e anniversaire du Mouvement pour l’indépendance du 1er mars 1919, Moon Jae-In a déclaré que le monde était confronté à des menaces à la sécurité non conventionnelles, telles que l’épidémie, et a souligné la nécessité d’une coopération avec les pays voisins, y compris le Nord, pour les combattre.

J’ai hâte de coopérer avec la Corée du Nord dans le domaine des soins de santé

Moon Jae-In

Mais les experts disent que le lancement ne serait pas une réponse à la proposition de Moon.

En ce qui concerne le type de projectile, ils ont déclaré qu’il était peu probable que la Corée du Nord ait testé une nouvelle arme, mais que le dernier lancement serait probablement l’une des armes à courte portée vues l’année dernière.

Le dernier lancement devrait concerner le système de fusées à lancement multiple de gros calibre du Nord ou son nouveau missile surface-surface – le type ATACMS – car le développement du KN-23 Iskander nord-coréen est déjà terminé, et Kim a exprimé sa grande satisfaction au sujet du lance-roquettes multiples ultra-large qui avait déjà été testé quatre fois l’année dernière

Kim Dong-yub, professeur à l’Institut Far East de l’Université de Kyungnam

Comeback, Debut et sortie Kpop mars 2020 : ITZY, NCT 127, BTS & Lauv, Mamamoo, …

Previous article

4 patients décédés chez eux en attendant leur hospitalisation

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply