La Corée du Sud a signé dimanche un pacte de libre-échange qui créerait le plus grand bloc commercial ouvert du monde avec 15 économies, incluant la Chine et le Japon.

Le président Moon Jae-in a formellement signé l’Accord de partenariat économique régional global lors d’un sommet virtuel avec les dirigeants de 14 pays partenaires, dont 10 membres de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est, a déclaré le bureau présidentiel.

« Nous notons que l’Accord RCEP est un méga accord commercial régional sans précédent qui comprend un mélange diversifié d’économies développées, en développement et les moins développées de la région », ont déclaré les dirigeants dans un communiqué conjoint.

«Nous pensons que le RCEP, étant le plus grand accord de libre-échange au monde, représente un pas en avant important vers un cadre idéal de règles mondiales en matière de commerce et d’investissement.»

Les dirigeants ont convenu de continuer à œuvrer pour la ratification rapide de l’accord. Pour entrer en vigueur, le traité doit être approuvé par le Parlement.

Le RCEP, qui se prépare depuis huit ans, implique 10 membres de l’ASEAN, la Corée, la Chine, le Japon, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Ensemble, ils représentent près de 30% de la production mondiale totale et un tiers des consommateurs mondiaux.

Moon a décrit la signature du texte comme un «moment historique», exprimant l’espoir que cela servirait d’élan pour que les économies se relèvent des troubles causés par la pandémie de coronavirus.

«Face aux défis du COVID-19, au protectionnisme croissant et aux menaces contre le multilatéralisme, nous défendons par la présente les valeurs du libre-échange, menées par la jeune et dynamique ASEAN», a déclaré le président cité par son porte-parole Kang Min-seok.

Cette remarque semble contrer la perception de certains observateurs selon laquelle le RCEP est dirigé par la Chine et la signature est un coup d’État pour les États-Unis qui ont fait rage une guerre commerciale avec la Chine.

L’accord supprimerait au fil du temps les tarifs déjà bas sur le commerce des marchandises entre les pays membres. Il est moins complet que le Partenariat économique stratégique pour le Pacifique dans 11 pays dont le président Donald Trump s’est retiré en 2017, peu de temps après son entrée en fonction. La Corée du Sud et la Chine ne faisaient pas partie de l’accord.

L’accord du RCEP devrait donner un nouvel élan à l’économie coréenne, la quatrième en importance de l’Asie dépendant fortement des exportations, alors qu’elle a du mal à faire face aux vagues croissantes de protectionnisme et aux répercussions du conflit commercial entre les États-Unis et la Chine.

Dans un rapport de novembre, le groupe de réflexion dirigé par l’État Korea Institute for International Economic Policy, prévoyait que l’accord augmenterait la croissance économique réelle du pays de 0,41 à 0,62% au cours des 10 prochaines années.

La Corée du Sud a déjà conclu des pactes de libre-échange avec 13 des 14 économies partenaires du RCEP. La seule exception est le Japon. Les négociations de l’ALE Corée-Japon sont bloquées depuis des années au milieu de relations bilatérales dégradées.

Les négociations pour le RCEP ont commencé en novembre 2012, à l’origine avec 16 pays. L’Inde a abandonné l’année dernière.

Dans la déclaration conjointe de dimanche, les dirigeants ont déclaré qu’ils appréciaient le rôle de l’Inde dans le bloc et ont réitéré que «le RCEP reste ouvert à l’Inde».

Publié par KoreaHerald, traduit et adapté par KoreaIsGood

Nos idées cadeaux pour Noël

Previous article

Quelles actualités KPOP cette semaine ? Novembre – Semaine 46 – GFRIEND, Taemin, Ha Sungwoon, Jamie, LUCY, Kim Junsu, E’LAST, Natty, STAYC, TXT, Lee SeungGi, …

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply