Une fusée porteuse utilisant une technologie locale a décollé avec succès jeudi, mais la charge utile factice n’a pas réussi à atteindre l’orbite ciblée.

Le lancement a été une étape majeure dans les efforts de la Corée pour développer sa propre technologie spatiale, mais la mission n’a pas été un succès complet.

Le ministère des Sciences a initialement fixé l’heure de lancement du Korea Space Launch Vehicle-II (KSLV-2), également connu sous le nom de Nuri-ho, à 16 heures ce jeudi, qui a été reporté à 17 heures en raison de problèmes liés aux pièces de la fusée, y compris les valves.

La fusée KSLV-2 à trois étages et à carburant liquide était censée envoyer une charge utile fictive de 1,5 tonne sur une orbite basse, à environ 700 kilomètres (435 miles) au-dessus de la Terre.

Le véhicule spatial a décollé du centre spatial de Naro dans le comté de Goheung, dans le Jeolla du Sud, à 17 heures, suivi de la séparation du premier étage d’appoint 127 secondes après le lancement à une altitude de 59 kilomètres. Le premier étage était équipé de quatre moteurs à carburant liquide de 75 tonnes.

La structure entourant le satellite factice s’est détachée après 233 secondes à une altitude de 191 kilomètres.

Au bout de 274 secondes, le booster du deuxième étage, équipé d’un moteur à carburant liquide de 75 tonnes, est tombé d’une altitude de 258 kilomètres.

Le booster du troisième étage et la charge utile se sont séparés, mais la charge utile n’a pas atteint l’orbite cible de 700 kilomètres.

L’ensemble du vol a duré 16 minutes et 7 secondes.

« Un moteur installé dans le booster du troisième étage a duré moins longtemps que prévu, ce qui a donné moins de puissance propulsive au satellite factice », a déclaré le ministre des Sciences Lim Hye-sook lors d’un briefing après le lancement.

« Du décollage au centre spatial à l’allumage et à la séparation des moteurs et à la séparation du satellite factice, les processus ont été menés avec succès », a déclaré le président Moon Jae-in lors d’un précédent briefing.

« Mais le fait que le satellite factice ne s’est pas installé sur la bonne orbite rend le projet incomplet », a déclaré le président.

L’Institut coréen de recherche aérospatiale, géré par l’État, a été le fer de lance des efforts visant à concevoir, construire et tester la fusée Nuri, avec l’aide d’entreprises privées.

Le projet spatial a commencé en 2010 et a couté environ 1,96 billion de won (1,67 milliard de dollars). Un deuxième lancement devrait avoir lieu en mai prochain.

Le gouvernement mise sur le projet pour devenir un catalyseur pour les entreprises spatiales privées et améliorer la compétitivité globale de l’industrie en Corée du Sud.

Plus de 300 entreprises ont participé au projet mené par Korea Aerospace Industries, le seul constructeur coréen d’avions. Hanwha Aerospace se chargeait du moteur et d’autres pièces, notamment des soupapes et des pompes à propulsion, tandis que Hyundai Heavy Industries a dirigé le développement de la rampe de lancement. Doowon Heavy Industrial a joué un rôle majeur dans la construction du châssis de la fusée.

Le président Moon s’est engagé à continuer de renforcer la compétitivité de la Corée dans le secteur spatial.

Un autre domaine sur lequel se concentrer, a-t-il dit, sera l’exploration lunaire.

La Corée a accepté de se joindre à une mission d’exploration lunaire dirigée par les États-Unis appelée Accords Artemis plus tôt cette année.

L’accord faisait partie d’une coopération élargie dans l’espace et les satellites discutée par Moon et le président américain Joe Biden lors d’un sommet à Washington en mai.

La Corée est le dixième pays à s’engager dans l’accord international rédigé par la NASA. Les alliés des États-Unis, dont le Japon, le Royaume-Uni et le Canada, ont pris l’engagement l’année dernière.

Avec la signature de l’accord, la Corée s’engagera dans des recherches pour le programme Artemis, la mission d’exploration lunaire de la NASA visant à faire atterrir la première femme astronaute et un homme astronaute sur la Lune d’ici 2024.

Publié par KoreaJoongAng, traduit et adapté par KoreaIsGood

Les leaders de la vente au détail poussés à la digitalisation

Previous article

En Corée, 7 restaurants sur 10 servent du kimchi importé

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

More in Non classé