Une statue sud-coréenne symbolisant l’esclavage sexuel de femmes coréennes et d’autres pays d’Asie a été re-exposée mardi pour l’exposition à Nagoya.

La statue intitulée «After ‘Freedom of Expression?’» – avait été retirée de l’exposition « Triennale Aichi 2019 » à Nagoya quelques jours après son ouverture le 1er août. Ce retrait s’est produit peut de temps après la reprise des surenchères de sanctions économiques entre la Corée Du Sud et le Japon. Officiellement, l’organisation avait retiré la statue pour des raisons de sécurité après avoir reçu des menaces. Cependant, cela était interprété, par la Corée du Sud et d’autres pays asiatiques comme une censure artistique de la part du Japon.

Lundi, il a été annoncé que la statue reprendrait ça place, et ce jusqu’à la fin de l’événement le 14 octobre. Cependant un processus de sélection des personnes autorisées à voir l’œuvre fait couler de l’encre.

Alors que de nombreuses personnes souhaitaient s’y rendre ce mardi, il a été annoncé qu’il serait possible de voir la statue uniquement sur 2 créneaux horaire à 14:10 et 16:20. Sur 1 400 personnes ayant demandées le droit de visite, au total, seulement 30 ont pu s’y rendre.

La Corée du Nord affirme avoir mis au point un nouveau type MSBS

Previous article

Le nombre d’étrangers en visite médicale augmente en Corée du Sud.

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply