Le ministère de l’éducation a annoncé ce mardi apporter des modifications aux lignes directrices visant à mieux protéger les victimes de violences à l’école. Il sera notamment facilité le changement d’école, si l’étudiant le souhaite, et les absences pour maladie mentale du aux pressions ne seront pas notées dans le carnet scolaire.

Jusqu’à l’année dernière, si une victime de violence ne se rendait plus à l’école sans avoir été reconnue victime par le directeur de l’école ou le comité de violence de l’école alors les absences étaient gardées dans le carnet scolaire de l’étudiant. Carnet qui le suit tout le long de ses études.

De plus, s’il l’étudiant souhaite changer d’école pour échapper à des violences, le principal de l’école sera obligé d’accepter ce transfert. S’il refuse, la raison du refus sera étudiée par un comité du bureau d’éducation régional.

Pour rappel, en 2013 selon une étude du gouvernement un jeune de primaire et collège sur 10 subissait des violences. De plus, chez les 15 – 24 ans, le suicide est la première raison de décès.

Il est à noter, que les modifications apporter, n’aide pas à empêcher les violences d’arriver mais sont permettent de facilité la victime à quitter cet environnement.

Bourse : Asiana s’envole après l’annonce de la vente

Previous article

Après Notre-Dame, la Corée du Sud vérifie ses installations

Next article

You may also like

1 Comment

  1. […] Avril 2019, le gouvernement Moon Jae-In avait mis en place deux dispositifs de protection en facilitant notamment le changement d’école pour les victimes. Cependant les mesures n’apportaient pas de solution afin de punir ou empêcher les violences […]

Leave a reply