Hormuz protestation

La décision du gouvernement d’envoyer une unité navale dans le détroit d’Hormuz est une décision très controversée dans le monde politique coréen. Certains affirment qu’elle nécessite une nouvelle approbation de l’Assemblée.

Le ministère de la Défense a annoncé mardi qu’il étendrait temporairement la zone d’opérations de l’unité anti-piraterie Cheonghae du golfe d’Aden au détroit d’Hormuz, au golfe d’Oman et au golfe Persique pour assurer la sécurité des navires coréens dans la région, bien qu’il ne rejoindra pas l’International Maritime Security Construct (IMSC) dirigé par les États-Unis.

Selon la loi, afin d’envoyer une unité militaire à l’étranger, le gouvernement doit soumettre un projet de loi pour approbation à l’Assemblée nationale. Si ce dernier est adopté, il devra être approuvé à nouveau lors d’une réunion du Cabinet et enfin recevoir l’approbation du Président.

Du côté de la Maison Bleue on estime que cette décision ne nécessite pas l’approbation du Parlement car il ne s’agit pas d’une « nouvelle dépêche ».

L’unité de Cheonghae avait déjà été dépêchée, pour autant que nous comprenions, une approbation supplémentaire de l’Assemblée n’est pas nécessaire

Un haut responsable de Cheong Wa Dae

Ahn Gyu-back, membre du parti au pouvoir et dirigeant de la commission de la défense nationale de l’Assemblée, a également déclaré mardi : « L’envoi est basé sur des motifs légaux ».

L’Assemblée a adopté une motion visant à prolonger la mission de l’unité navale jusqu’à la fin de 2020 en décembre dernier, et elle stipule que l’unité doit effectuer des missions dans le golfe d’Aden et étendre les zones opérationnelles en cas d’urgence.

« C’est une extension des missions de l’unité, pas une nouvelle dépêche », a déclaré le législateur.

Cependant, les partis d’opposition conservateurs ont déclaré que la décision devait obtenir le feu vert de l’Assemblée – bien qu’ils ne soient pas opposés à l’envoi.

Selon des documents du ministère de la Défense, les changements dans le nombre de membres du personnel et de la mission de l’unité Cheonghae doivent être approuvés par l’Assemblée

Baek Seung-joo représentant du Liberty Korea Party.

Le nouveau porte-parole du Parti conservateur, Kwon Sung-joo, a également déclaré : « La dépêche comporte des aspects épineux, elle aurait donc dû recevoir l’approbation des législateurs ».

Des troupes à Hormuz : des craintes pour l’alliance Corée du Sud – Iran

Evidemment, tous les partis ne soutiennent pas la décision du gouvernement. Le Parti de la justice progressiste a clairement exprimé sa ferme opposition à la décision du gouvernement.

Le déploiement de l’unité Cheonghae dans le détroit d’Ormuz peut conduire à des relations hostiles avec l’Iran, donc je ne peux pas être d’accord avec cela. En outre, la décision signifie que la mission de l’unité a changé, donc l’Assemblée nationale doit décider d’approuver ou non le plan

Sim Sang-jeung, présidente du Parti de la justice

Park Joo-hyun, porte-parole du Parti pour la démocratie et la paix, a également déclaré: « L’envoi signifie que la Corée se joindra à une guerre entre les États-Unis et l’Iran sans aucune justification et qu’elle finira par se retrouver avec des liens hostiles avec un allié traditionnel : l’Iran.

Avis partagés pour les coréens

Des Coréens se sont rassemblés devant la Maison Bleue afin de montrer leur opposition à la décision du gouvernement Moon Jae-In de relocaliser des troupes à Hormuz.

Séoul déploie des militaires à Hormuz sans rejoindre l’alliance

Previous article

4ème cas confirmé de coronavirus. Quelle réaction du gouvernement coréen ?

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply