négociations

Les hauts responsables américains exhortent la Corée du Nord à reprendre les négociations, soulignant que l’échec de la dénucléarisation du régime pourrait avoir des larges conséquences.

Vendredi, le représentant spécial des États-Unis pour la Corée du Nord, Stephen Biegun, a appelé Pyongyang à reprendre les pourparlers avec les États-Unis, comme accepté par les dirigeants des deux pays.

Pendant ce temps de non-négociation, le Nord a confirmé des liens étroits avec la Chine et a émis plusieurs avertissements à l’intention de la Corée du Sud et des États-Unis.

Propos du représentant spécial des États-Unis

Pour le moment, afin d’encore progresser, le plus important que nous puissions faire est que les États-Unis et la Corée du Nord collaborent pour surmonter les différences politiques et les actions d’hostilité qui compromettent la capacité de nos diplomates à échanger et garder le rythme des négociations

Biegun lors d’un discours prononcé à l’Université du Michigan

Il a ajouté que le Nord doit « mettre de côté sa recherche d’obstacles aux négociations ».

Le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un se sont rencontrés dans le village frontalier de Panmunjom le 30 juin. Ils ont annoncé la reprise des négociations à un niveau de travail actif. Cependant, ces discussions ne se sont pas encore concrétisées et le Nord est devenu de plus en plus agressif.

Le Nord a lancé une série de missile à courte portée, que l’ONU considère comme faisant partie des efforts du régime pour perfectionner les technologies de missiles balistiques intercontinentaux. La Corée du Nord affirme que ces tirs sont une protestation aux exercices militaires que tenaient, au même moment, la Corée du Sud et les Etats-Unis. L’ONU a également révélé que le Nord poursuivait ses activités liées à son programme d’armement nucléaire.

Nous avons clairement indiqué à la Corée du Nord: nous sommes prêts à nous engager dès que nous aurons de leurs nouvelles. Nous sommes prêts. Mais nous ne pouvons pas le faire nous-mêmes

Biegun

M. Biegun a également averti que la communauté internationale n’accepterait pas la possession d’armes de destruction massive par la Corée du Nord. Si Pyongyang se dote de l’arme nucléaire, cela pourrait inciter les pays voisins à rechercher l’armement nucléaire aussi.

À quel moment les voix en Corée du Sud, au Japon et ailleurs en Asie commenceront-elles à demander si elles doivent envisager leurs propres capacités nucléaires? Et qu’est-ce que cela signifiera pour une région dont la prospérité et la croissance ont été inextricablement liées à la stabilité et à la paix à long terme ?

Biegun

Propos du secrétaire d’État américain

Vendredi également, le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a répété que les États-Unis assureraient la sécurité du régime nord-coréen après sa dénucléarisation.

Je suis très déterminé à travailler avec l’équipe nord-coréenne pour négocier un ensemble de résultats qui seront bons pour les États-Unis et le monde entier en termes de réduction de la menace nucléaire émanant de la péninsule coréenne, mais également de garantir la sécurité, la paix et la prospérité peuvent aussi arriver en Corée du Nord

Pompeo lors d’une interview à la radio

Tout en reconnaissant que le Nord a le droit de se défendre, Pompeo a poursuivi en affirmant que la sécurité du régime ne peut être réalisée que par la dénucléarisation.

Les systèmes d’armes nucléaires utilisés depuis des décennies par la Corée du Nord ne procurent pas la sécurité que les Nord-Coréens croient avoir. Signer un accord avec les États-Unis et le monde pour la dénucléarisation fournira les garanties de sécurité que Pyongyang recherche

Pompeo

Et quand ils le feront, nous leur fournirons les garanties de sécurité nécessaires, ainsi qu’à leur peuple. Chaque nation a le droit souverain de se défendre. Nous pourrons alors créer des opportunités économiques et de meilleures vies pour la population nord-coréenne.

Pompeo

Réactions en Corée du Sud

En Corée du Sud, la question de l’armement nucléaire a, plusieurs fois, refait surface, exprimée principalement par les conservateurs. À la suite des récentes actions du Nord, l’idée a de nouveau été évoquée par les législateurs du Liberty Korea Party, le principal parti de l’opposition, ayant suggéré la possibilité de renoncer au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires.

La nomination du ministre de la Justice retardée.

Previous article

La Corée du Sud porte plainte contre le Japon à l’OMC

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply