Le marché coréen du logement a montré des signes clairs de ralentissement et il est fort probable que cette tendance se confirme dans un contexte de forte hausse des taux d’intérêt et de sombres perspectives de reprise économique, ont déclaré des experts vendredi.

Les prix de l’immobilier ont grimpé en flèche ces dernières années en raison des effets secondaires des politiques immobilières bâclées menées par l’ancienne administration Moon Jae-in. Les prix des appartements à Séoul se sont particulièrement envolés l’année dernière en raison d’une vague d’achats massifs parmi les jeunes, soutenus par les attentes d’une nouvelle hausse des prix.

Mais le sentiment s’est brusquement dégradé à partir du troisième trimestre de cette année. Selon les données du Korea Real Estate Board, le prix moyen des appartements dans la capitale a baissé de 0,11 % au cours de la quatrième semaine d’août, par rapport à la semaine précédente. Il s’agit d’une baisse plus importante que celle de 0,09 % observée la semaine précédente.

Les experts du marché ont attribué cette baisse à la hausse des taux d’intérêt et aux perspectives incertaines de reprise économique dans la région. Selon eux, le marché du logement ne pourra rebondir que lorsque les craintes d’un ralentissement économique seront apaisées.

« Le point clé est la gravité du ralentissement de l’économie l’année prochaine », a déclaré Kwon Dae-jung, professeur d’études immobilières à l’université Myongji. « Si la Corée continue à se débattre avec un marasme économique persistant tout au long de l’année 2023, le marché du logement devrait également, selon de nombreuses prévisions, rester à la baisse. »

Ces remarques sont intervenues dans un contexte de scepticisme croissant quant à un rebond économique à court terme ici. La Banque de Corée (BOK) a revu à la baisse les prévisions de croissance du PIB du pays pour 2022, à 2,6 %. Mais une autre préoccupation concerne les perspectives pour l’année prochaine, la banque centrale prévoyant un ralentissement de la croissance du PIB à 2,1 %.

Comme la BOK a réitéré son discours belliciste en signalant des hausses de taux supplémentaires tout au long de 2022 dans un contexte de flambée des prix à la consommation, le sentiment du marché immobilier pourrait finir par se détériorer encore cette année, selon l’expert.

Le taux d’intérêt de référence a fortement augmenté pour atteindre 2,5 % un an seulement après que la banque centrale l’ait relevé pour la première fois depuis l’apparition de la pandémie de COVID-19. Le consensus du marché est que le taux directeur augmentera à environ 3 % d’ici la fin de l’année, dans un contexte d’inflation incessante.

« Mais si les prix se stabilisent vers 2023, c’est de bon augure pour le marché du logement », a-t-il déclaré. « La conjoncture macroéconomique déterminera l’orientation future du marché ».

D’autres experts ont également laissé ouverte la possibilité d’une nouvelle baisse des prix des logements, alors que l’incertitude monétaire n’a pas été dissipée.

« La demande de logements est fortement affectée par le taux d’intérêt, de sorte que la hausse et la baisse du taux peuvent finir par déclencher de fortes fluctuations sur le marché du logement », a déclaré Park Jin-baek, chercheur à l’Institut coréen de recherche sur les établissements humains.

Publié par KoreaTimes, traduit et adapté par KoreaIsGood

Concert Kpop, Baseball, esport, un dôme arrive à Incheon

Previous article

Vers l’annulation du défilé de Gucci au palais Gyeongbok ?

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

More in Economie