Après avoir ébloui au Festival de Sundance en 2020 où il reçoit le Prix du Jury et le Prix du Public, Minari de Lee Isaac Chung a été récompensé, il y a peu, par le prix du « Meilleur film étranger » aux Golden Globes 2021. Youn Yuh Jung a, quant à elle, obtenu l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle.

Cette fresque familiale, sans doute autobiographique, plantée dans un décor tout ce qu’il y a de plus américain, ne vous laissera pas indifférent.

Dès le 23 juin dans les salles de cinéma françaises !

Affiche de Minari
RéalisateurLee Isaac Chung
CastingSteven Yeun, Han Yeri, Alan S. Kim, Cho Noel
GenresDrame
Durée 1h55

Synopsis : Une famille américaine d’origine sud-coréenne s’installe en Arkansas quand le père veut devenir fermier. Son jeune fils doit s’habituer à cette nouvelle vie et à la présence d’une grand-mère qu’il ne connaissait pas. (source : allociné)

Bande-annonce sous titrée en français

Le rêve américain…

Installée aux États-Unis, mais en quête d’une meilleure situation, la petite famille débarque au milieu d’un champ où se dresse une « maison sur roues ». La mère lance un regard mi-interrogateur mi-désabusé à son mari. Manifestement, elle ne s’attendait pas à cela… Les enfants découvrent leur nouvel environnement tandis que le père réaffirme sa vision d’un avenir meilleur qui les attend.

C’est comme ça que débute Minari. 

En effet, cette famille coréenne vient d’acheter ce terrain vierge pour faire pousser des légumes coréens dont les déracinés manquent au fin fond de l’Amérique et les vendre dans les grandes villes à proximité. C’est du moins le rêve du père Jacob, interprété par Steven Yeun (Burning, The Walking Dead). Lui et sa femme ont économisé pour acquérir cette terre, elle cristallise leur envie de réussir dans ce pays plein de promesses.

… à hauteur d’enfant

Cette dimension ne constitue néanmoins pas le coeur de ce chef d’oeuvre. Assez rapidement le spectateur est invité à s’installer à la hauteur d’enfant. Le fils David, incarné par l’excellent Alan S. Kim, observe son père et sa mère, leurs regards, leurs disputes et leurs discussions à demi-mot. Atteint d’un souffle au coeur, il est aussi une des raisons de cette installation au milieu de la campagne américaine.

David, incarné par le jeune Alan S. KIm. Credit: Josh Ethan Johnson

Mais c’est surtout l’arrivée de sa grand-mère maternelle coréenne qui change la vie de David. Interprétée par Youn Yuh-Jung, celle-ci a abandonné sa patrie pour venir les rejoindre. La rencontre ne se passe pas vraiment comme prévu. David n’aime pas cette grand-mère âgée qui « sent la Corée ». Les deux personnages vont néanmoins apprendre à s’apprivoiser alors qu’ils passent le plus clair de leur temps ensemble.

Mon avis

Minari était la belle surprise de ce printemps ! La rumeur s’est amplifiée que Lee Isaac Chung offrait un merveilleux film, d’une beauté et d’une émotions incomparables. Le casting m’a tout d’abord interpellé. J’aime beaucoup Han Yeri qui incarne la mère, mais aussi Steven Yeun qui incarne le père. J’étais contente de les voir jouer ensemble.

C’est néanmoins le duo grand-mère et petit-fils qui m’a le plus touché. Alan Kim et Youn Yuh-Jung nous offre de très belles séquences. De l’apprivoisement à l’affection, une belle relation se tisse entre les deux personnages.

J’ai passé un excellent moment devant ce film où se mêle les langues anglaise et coréenne. Le mal du pays, l’enracinement et le déracinement vis-à-vis des différentes cultures sont traités de manière intéressante et assez subtile. Les scènes qui y sont consacrées marquent la mémoire et invitent à la réflexion.

La famille de Minari réunie

En me renseignant un peu sur le réalisateur Lee Isaac Chung, je ne peux pas m’empêcher de penser qu’il s’agit d’un film autobiographique. La fiction se mêle certainement à son ressenti. Le personnage du jeune garçon est celui qui est dépeint avec le plus de justesse et qui incite le plus à l’émotion.

Mention spéciale à la direction photographique car les plans sont sublimes, mais aussi à Noel Kate Cho qui incarne la grande soeur. Son rôle est un peu en retrait mais elle laisse son empreinte dans ce beau film.

Pour résumer, Minari est un très beau film qui joue sur plusieurs tableaux sans jamais se perdre. Le rythme assez lent permet de bien saisir l’évolution des sentiments des personnages au sein de cette famille installée au fin fond de la campagne américaine.

Vous ne serez pas déçus de découvrir, comme moi, d’où vient le titre Minari et ce que cela symbolise dans le film.

Quelles actualités KPOP cette semaine ? Juin 2021 – Semaine 24 UP10TION, BamBam, LUCY, YUGYEOM, BRAVE GIRLS, SEVENTEEN, Dream Concert, …

Previous article

Les billes de pachinko

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply