De nouvelles inquiétudes sur les capacités de surveillance et de défense de l’armée ont été soulevées à la suite d’une tentative présumée d’un nord-coréen de faire défection vers le sud en traversant la frontière sur la côte est.

Les chefs d’état-major interarmées (JCS) ont annoncé mercredi avoir détecté un homme traversant la frontière via un équipement de surveillance vers 19 h 26 ce mardi, près de la ligne de démarcation militaire dans le comté de Goseong, province de Gangwon.

L’incident a incité l’armée à émettre une alerte «Jindogae 2», une réponse de la défense à une éventuelle intrusion des forces armées nord-coréennes et tentatives de provocation. Il s’en est suivi une vaste opération de chasse à l’homme.

L’armée reste au niveau « Jindogae 3 » en temps normal et élève le niveau au niveau deux lorsqu’une invasion du Nord est suspectée. Le niveau d’alerte le plus élevé, « Jindogae 1 » est émis lorsque les signes d’intrusion ennemie sont confirmés.

« Nous avons capturé en toute sécurité l’homme identifié mercredi vers 9 h 50. Nous coopérerons avec les agences compétentes pour interroger l’homme sur son itinéraire de franchissement de la frontière et son intention de faire défection », a déclaré le JCS dans un communiqué.

Il a déclaré que l’homme semblait être un civil et qu’il n’y a pas eu d’affrontement physique entre lui et les troupes sud-coréennes qui l’ont appréhendé.

Le JSC a ajouté qu’aucun mouvement inhabituel de l’armée nord-coréenne n’avait été observé jusqu’à présent.

L’incident a mis en évidence les failles dans la sécurité de l’armée au niveau de la frontière avec le nord. 10 heures auront été nécessaires pour capturer l’homme après son intrusion, au cours de laquelle il a endommagé la clôture de barbelés à trois couches protégeant la frontière. Il est soupçonné que les capteurs sur les clôtures, n’ont pas fonctionné. Ces derniers devraient s’activer dès qu’il y a un contact avec les clôtures.

Le JSC a déclaré qu’il procéderait à une inspection des unités dans la région pour évaluer si leur position de défense était appropriée. S’il s’avère qu’ils ont fait preuve de négligence, les responsables seront sanctionnés.

Ce n’est pas la première fois que l’armée est sous la cible des critiques pour un manque de sécurité à la frontière.

En juillet, l’armée n’a pas remarqué et empêché un transfuge qui faisait face à des accusations d’agression sexuelle en Corée du Sud de retourner au Nord. La Corée du Sud a appris ce fait via les médias nord-coréens.

En juin de l’année dernière, un bateau de pêche nord-coréen transportant quatre marins a traversé la frontière maritime et est arrivé au port de Samcheok, dans la province de Gangwon, à 130 kilomètres au sud de la ligne de limite nord (NLL), sans être détecté par l’armée.

Publié par KoreaTimes, traduit et adapté par KoreaIsGood

#ALIVE #살아있다

Previous article

Hans Biomed, l’entreprise médicale au cœur de deux scandales

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply