À la suite de l’assassinat par drone du commandant militaire iranien Qassem Soleimani, quelle sera la réaction de la Corée du Nord ?

Certains estimmaient que Pyongyang utilisera l’assassinat pour justifier son programme nucléaire comme une forme de défense nécessaire. Ainsi le pays prendra sa propre voie pour devenir une puissance nucléaire. Cependant, il y a aussi des spéculations sur le fait que le dirigeant nord-coréen pourrait disparaître des yeux du public – comme ses prédécesseurs – par crainte d’une éventuelle tentative américaine de l’assassiner.

Lundi, trois jours après la mort du général iranien en Irak, les médias officiels nord-coreens ont publié leurs premiers rapports sur l’incident, laissant entendre que le pays pourrait se tracer une nouvelle voie.

Il n’y a pas de doute à avoir sur les actes hostiles croissants, aux menaces nucléaires et au chantage.

Extrait d’article du Rodong Sinmun, journal du Parti des travailleurs.

Nous devons continuer à renforcer quantitativement notre puissance militaire inexpugnable pour garantir que personne n’envisage jamais d’utiliser des forces armées contre nous jusqu’à ce que les États-Unis retirent leur politique hostile.

En outre, l’agence de presse Centrale coréenne, dirigée par l’administration nord-coréenne, a rapporté que la Chine et la Russie avaient condamné l’attaque américaine comme une violation de la Charte des Nations Unies.

Les experts estiment donc que le régime nord-coréen profitera probablement de la frappe aérienne pour justifier sa tentative d’intensifier les forces militaires.

Bien que le régime puisse se sentir soumis à des pressions internes, il devrait mener des campagnes externes pour défendre son développement d’armes nucléaires comme moyen de dissuasion contre l’hostilité américaine

Yang Moo-jin, professeur à l’Université des études nord-coréennes.

Déjà, le dictateur nord-coréen a promis de présenter la nouvelle arme stratégique de son pays lors d’une récente conférence du parti au pouvoir, tout en déclarant la fin de son moratoire auto-imposé sur les essais de missiles nucléaires et à longue portée. Le tout en restant prudent face à Trump.

L’ancien négociateur nucléaire américain Robert Gallucci a également déclaré à Radio Free Asia que le régime nord-coréen pourrait adopter une approche provocatrice, comme des essais de missiles à longue portée, concluant que les États-Unis n’appliqueront pas une politique hostile envers la Corée du Nord et l’Iran en même temps.

Park Won-gon, professeur de politique internationale à la Handong Global University, a fait écho à l’avis de Gallucci.

En raison des tensions croissantes entre les États-Unis et l’Iran, l’intérêt du gouvernement américain pour la question de la Corée du Nord pourrait diminuer

Park Won-gon

Si les États-Unis continuent de traiter la question de l’Iran jusqu’en février, la Corée du Nord pourrait envisager des provocations militaires, y compris le lancement d’un missile balistique intercontinental. Le mois de mars pourrait être critique pour la Corée du Nord, selon la reprise d’exercices militaires conjoints entre les États Unis et la Corée du Sud. selon que les États-Unis et la Corée du Sud.

Park Won-gon

D’un autre côté, Kim Jong-Un est absent du public depuis le dernier jour de 2019, ce qui laisse supposer qu’il pourrait se cacher après l’attaque américaine ciblée contre Soleimani.

Pour le moment, Kim pourrait s’abstenir de faire des apparitions publiques par crainte que le meurtre de Soleimani signifie que les États-Unis peuvent facilement trouver où se trouve Kim également

Déclaration d’un ancien responsable du gouvernement sous couvert d’anonymat.

L’histoire confirme également la conjecture. Lorsque les États-Unis ont mené des guerres avec l’Afghanistan en 2001 et l’Irak en 2003, Kim Jong-il, alors leader nord-coréen, a également disparu du radar pendant environ deux mois.

Source : KoreaTimes

Avec la tension américano-iranienne, la Corée se prépare à une hausse des prix du pétrole

Previous article

De plus en plus d’enseignants souscrivent à une assurance violence

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply