Hormuz Wang Geon

Le ministère de la Défense nationale a déclaré mardi que l’unité anti-piraterie Cheonghae élargirait sa portée opérationnelle pour couvrir le détroit d’Hormuz. C’est dans cette région que circule des millions de barils de pétrole quotidiennement dont 70% des importations de Corée du Sud. De plus environ 25 000 ressortissants sud-coréens résident actuellement au Moyen-Orient.

Compte tenu de l’intensification des tensions au Moyen-Orient, nous avons décidé de déployer l’unité anti-piraterie pour couvrir ces zones supplémentaires afin de protéger nos populations et garantir le libre passage de nos navires

Déclaration du ministère

Il est précisé qu’en plus d’opérer dans le golfe d’Aden au large des côtes du Yémen, l’unité entreprendra ses missions – couvrant une nouvelle portée opérationnelle trois fois plus grande qu’auparavant – pour une durée indéterminée, jusqu’à ce que la situation dans la région «s’améliore ».

Le ministère précise que l’unité fonctionnera indépendamment de l’International Maritime Security Construct, une coalition multinationale dirigée par les États-Unis, pour défendre le détroit. Cependant, il a confirmé que Cheonghae enverra deux officiers de liaison à l’équipe internationale et coopérera avec elle si nécessaire.

En juillet dernier, les États-Unis ont exhorté leurs alliés à se joindre à une mission coordonnée de sécurité maritime deux mois après que des gardes révolutionnaires iraniens aient attaqué des pétroliers dans le détroit d’Hormuz. Depuis juillet on assiste à une hausse de la tension dans la région. Dans un précédent article, nous vous expliquions pourquoi la situation concerne fortement la Corée du Sud : allié économique de l’Iran mais allié militaire des Etats-Unis.

Le ministère de la Défense affirme que la mise en service de l’unité dans la région servait les intérêts nationaux de la protection du peuple et des navires coréens. Des responsables dans les discussions avec les Etats-Unis ont déclaré que les problèmes épineux entre Séoul et Washington (sur la négociation en cours du partage du coût de l’armée américaine en Corée) n’avaient rien à voir avec la décision de déploiement.

La décision de Séoul d’étendre le déploiement de l’unité anti-piraterie dans la région mais de ne pas rejoindre la coalition de forces dirigée par les États-Unis est considérée comme une mesure visant à respecter à la fois son alliance avec Washington et ses liens économiques avec Téhéran.

Washington a salué la décision de Séoul, tandis que Téhéran a dit qu’elle la comprenait, selon le ministère.

Sur le même sujet, quelle position sera prise par la Corée du Nord dans le conflit Iran – Etats-Unis

Une aide supplémentaire pour plus de 500 nord-coréens en Corée du Sud

Previous article

L’envoie de militaire à Hormuz fait débat

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply