Corée-Nord-coronavirus

La Corée du Nord continue de s’autoproclamé exempt de coronavirus, « grâce à ses efforts préventifs de quarantaine ».

Cependant, de plus en plus d’éléments font soupçonner que le pays, pris en sandwich entre deux pays fortement touchés par le COVID-19 (la Corée du Sud et la Chine), n’a peut-être pas réussi à contenir l’épidémie.

Depuis que l’épidémie a été détectée pour la première fois en décembre à Wuhan, en Chine, Kim Jong-un a pris des mesures strictes, notamment la fermeture de ses frontières, la suspension du tourisme étranger et la mise en quarantaine de tous les ressortissants étrangers et des personnes susceptibles d’avoir été exposées à des visiteurs d’autres pays.

Lundi, le Rodong Sinmun, un journal dirigé par l’Etat, a rapporté que le pays avait mis en quarantaine près de 10 000 personnes en raison de suspicions de contamination, dont 3 800 ont été libérées après n’avoir montré aucun symptôme.

Selon le journal, la quarantaine était destinée à ceux qui sont arrivés dans le pays depuis l’étranger et à ceux qui sont entrés en contact avec eux, dont 380 diplomates étrangers et des représentants d’organisations internationales à Pyongyang.

Un récent reportage, cependant, confirme les spéculations selon lesquelles le virus, fortement contagieux, est déjà présent en Corée du Nord.

Citant une source à l’intérieur de l’armée nord-coréenne, stationnée le long de la frontière du pays avec la Chine, le site d’information Daily NK basé en Corée du Sud a rapporté que 180 soldats sont morts du nouveau coronavirus et environ 3700 soldats sont actuellement en quarantaine.

De par la nature du régime nord-coréen, la confirmation du rapport est presque impossible. Le ministère de l’unification sud-coréen se refuse de commenter le rapport. De son côté, le régime nord-coréen continue d’affirmer qu’il a maintenu le nombre d’infection à zéro.

Lundi, des dizaines de diplomates d’Allemagne, de Russie, de France, de Suisse, de Pologne, de Roumanie, de Mongolie et d’Égypte ont quitté Pyongyang pour la ville russe de Vladivostok. Cela peut être interprété comme une conséquence de l’arrivée du coronavirus en Corée du Nord.

Les experts s’inquiètent du fait que si le virus atteint le pays, les conséquences seraient désastreuses étant donné du manque de matériel médical et des mauvaises conditions sanitaires.

En fait, le dirigeant nord-coréen a, lui-même, mis en garde contre « de graves conséquences » si le virus se propage dans son pays.

Dans le cas où le virus infectieux se propage de manière incontrôlable dans notre pays, cela entraînerait de graves conséquences

Kim Jong-Un, le 29 Février

Uriminzokkiri, un site de propagande nord-coréen, a déclaré mardi que le Nord adoptait des fortes mesures contre le coronavirus qui nécessitent d’énormes pertes économiques. C’est la première fois que le pays mentionnait des pertes économiques dues à l’épidémie.

Personne ne peut facilement décider et mettre en œuvre des mesures de quarantaine ultra-strictes pour bloquer la propagation du COVID-19 et la catastrophe qui en résulte tout en subissant d’énormes pertes économiques

Showcase du come-back ITZY avec IT’z Me

Previous article

Une « quarantaine » pour tous ceux arrivant, en Corée, de France et 4 autres pays Européens

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply