Le nombre de ressortissants étrangers sans papiers en Corée a atteint son chiffre le plus élevé depuis près de deux ans.

En juillet, un total de 395 068 ressortissants étrangers sans papiers vivent en Corée, selon le rapport annuel de statistiques du service d’immigration coréen du ministère de la Justice, jeudi.

Il s’agit du chiffre le plus élevé depuis septembre 2020, où il s’élevait à 396 000. Le rapport montre également que le nombre et le pourcentage de résidents étrangers sans papiers n’ont cessé d’augmenter au cours de l’année.

Le nombre a augmenté en moyenne d’environ 1 000 par mois, passant de 388 000 en décembre dernier à environ 390 000 en janvier et 391 000 en février, pour finalement atteindre 394 000 en mai.

Il y a environ 2,08 millions de résidents étrangers dans le pays. La part de la population immigrée sans papiers a augmenté régulièrement depuis 2019 (15,5 %) et s’est maintenue à plus de 19 % depuis novembre 2020. Elle a finalement dépassé les 20 % cette année.

La plupart des sans-papiers sont venus chercher du travail alors que le pays faisait campagne pour attirer les touristes étrangers avant d’accueillir les Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang en 2018 et se sont installés ici pendant la pandémie, selon Seol Dong-hoon, professeur de sociologie à l’Université nationale de Jeonbuk et ancien responsable de l’Association coréenne d’études des migrations internationales.

« Pendant les deux années où les touristes étrangers ont été attirés ici avant les Jeux olympiques, le nombre de résidents étrangers sans papiers a augmenté de plus de 100 000 », a déclaré Seol. Le gouvernement les a encouragés à retourner dans leur pays d’origine et a même sévi les sanctions contre eux juste après les Jeux olympiques, mais la pandémie a ensuite éclaté.

Selon Seol, la pandémie a créé des « conditions optimales » pour que les ressortissants sans papiers s’installent ici, car il n’y a pas eu de mesures de répression majeures à leur encontre pendant la pandémie, ce qui a conduit, selon lui, à l’augmentation du nombre de résidents sans papiers.

Seol a déclaré que la Corée fait partie des nombreuses nations développées dans le monde qui ont vu l’immigration de sans-papiers augmenter pendant la pandémie. Hwang Pill-kyu, un avocat affilié à la GongGam Human Rights Law Foundation qui travaille avec des groupes de travailleurs migrants, a fait écho à l’opinion de Seol.

« Si vous regardez les autres pays, l’immigration sans papiers est un problème universel et inévitable », a déclaré Hwang. Il a déclaré que le système d’immigration du pays a permis un afflux d’immigrants sans papiers et qu’il faut maintenant trouver une solution à long terme pour réguler l’immigration et gérer efficacement la population des migrants, tout en garantissant leurs droits humains fondamentaux.

Hwang a ajouté que le gouvernement et le secteur privé ont ironiquement joué un rôle dans l’augmentation de l’immigration des sans-papiers en s’appuyant sur la migration comme une forme de main-d’œuvre bon marché. Le gouvernement doit donc chercher plusieurs options politiques pour les personnes sans papiers afin de réguler l’immigration sans papiers et la pénurie de main-d’œuvre en partant du principe que « les résidents étrangers sans papiers sont aussi des êtres humains », a-t-il déclaré.

Publié par KoreaTimes, traduit et adapté par KoreaIsGood.

Vers l’annulation du défilé de Gucci au palais Gyeongbok ?

Previous article

Le concert gratuit de BTS à Busan change de lieu !

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply