Une femme de 33 ans a été reconnue coupable d’avoir rompu sa quarantaine, lundi, mais un tribunal local a prononcé une peine plus légère que d’habitude. En effet, elle est partie pour rendre visite à son père mourant.

Le tribunal du district de Cheongju a condamné la femme à une amende de 1,5 million de won (environ 1 100 euros).

La femme devait s’auto-isoler pendant deux semaines à son arrivée des États-Unis, le 24 avril de l’année dernière, mais elle a quitté son domicile le lendemain pour se rendre dans un hôpital où son père avait été hospitalisé en raison d’un cancer, après avoir entendu qu’il était dans un état critique. Elle avait été testée négative lors d’un test de coronavirus à l’aéroport.

Le lendemain, le gouvernement de la ville de Cheongju a déposé une plainte auprès de la police contre la femme pour violation de la règle d’auto-isolement, après avoir confirmé la violation par un système de suivi GPS.

« (Sachant qu’elle l’a fait pour rencontrer son père) nous nous sommes sentis mal de porter plainte, mais nous avons dû le faire en raison de la réglementation », a déclaré un responsable du centre de santé publique de Cheongju.

Le père est décédé six jours après sa visite.

Alors que la peine maximale pour violation de l’auto-quarantaine est une amende pouvant aller jusqu’à 10 millions de won ou une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à un an, le tribunal a décidé de la clémence.

« Ce n’était pas un crime léger de briser la règle d’auto-quarantaine compte tenu de la gravité de la situation du COVID-19 », a déclaré le tribunal dans la décision. « Mais nous avons pris en considération la raison de sa violation lorsqu’elle a essayé de rencontrer son père pour la dernière fois, et sa violation n’a pas propagé le virus. »

Publié par KoreaTimes, traduit et adapté par KoreaIsGood

En Corée des mères de plus en plus âgées

Previous article

La militaire transgenre coréenne retrouvée morte à son domicile. L’armée réagit

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply