Corée-Sud-quarantaine-France

La Corée du Sud a déclaré jeudi que les personnes arrivant dans le pays après avoir visité cinq pays européens, devront faire face à des exigences de quarantaine renforcées à partir de la semaine prochaine. Actuellement, le gouvernement surveille des nouveaux clusters d’infections importants dans la capitale.

Les cas de coronavirus en Corée du Sud ont grimpé de 114 à 7 869 mercredi, la plus faible augmentation quotidienne en près de trois semaines, selon les données du centre coréen de contrôle et de prévention des maladies. Le nombre de morts a augmenté de sept à 67.

Les autorités sanitaires ont déclaré qu’elles continueraient à utiliser des approches bidirectionnelles – en bloquant la propagation dans la communauté et en contrôlant l’afflux de COVID-19 depuis l’étranger – l’Organisation mondiale de la santé ayant déclaré le coronavirus pandémie.

Mise en place d’une quarantaine

À partir de dimanche, ceux qui entrent en Corée en provenance de cinq pays européens : la France, l’Allemagne, l’Espagne, le Royaume-Uni et les Pays-Bas, devront se soumettre à un contrôle de leur fièvre et faire confirmer leurs contacts avant d’entrer dans le pays. À leur entrée, ils devront télécharger une application pour smartphone et informer les autorités de leur état de santé sur une période de 14 jours.

Les exigences seront également appliquées à toutes les personnes qui arrivent dans le pays via Dubaï, Moscou et d’autres villes après avoir voyagé en Europe au cours des deux semaines précédentes.

Ces exigences ont été appliquées aux personnes qui ont visité la Chine continentale, Macao, Hong Kong, l’Iran et l’Italie.

Cette décision intervient après qu’un homme de 28 ans a été testé positif au virus à son retour en Corée dimanche après avoir visité Londres et Paris entre le 27 février et le 7 mars. Le cas suit un autre homme de 24 ans infecté par le virus après avoir voyagé à travers l’Europe entre le 18 février et le 3 mars.

Rappel de la situation à Séoul

Le nombre de cas de coronavirus liés à un centre d’appels dans le sud-ouest de Séoul a atteint 102 cas, a déclaré jeudi le maire de Séoul Park Won-soon lors d’une réunion d’information. En conséquence, la municipalité a désigné le bâtiment touché et les zones voisines comme une « zone de soutien spéciale pour les maladies contagieuses ».

Sur ces cas, 71 habitent à Séoul, 17 à Incheon et 14 dans la province de Gyeonggi, suscitant des craintes quant à la propagation communautaire du virus dans la capitale et les villes environnantes. Au total Séoul et les villes alentours abritent 26 millions de personnes, soit environ la moitié de la population du pays.

Nous allons réagir et surmonter COVID-19 grâce aux efforts volontaires des citoyens et à des mesures administratives proactives tout en maintenant la fonction de la ville

Maire de Séoul

La majorité des patients font partie des 207 personnes qui travaillaient au centre d’appels au 11e étage d’un immeuble de 19 étages à Guro-gu, au sud-est de Séoul. Les tests et une étude épidémiologique sur quelque 553 employés des autres étages sont en cours.

Jeudi, le 9e et le 10e étage ont confirmé que deux employés étaient infectés par le virus, soulignant les inquiétudes concernant la propagation aux habitants du bâtiment de 19 étages situé à proximité de l’un des pôles de transport de la capitale, la station de métro Sindorim.

Toujours aucun cas de coronavirus en Corée du Nord ?

Previous article

Une étudiante coréenne agressée à New-York pour ne pas porter de masque

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply