Les chauffeurs de bus coréens réclament une augmentation de salaire avant la mise en place des 52 heures en Juillet.

Pour rappel, la loi limitant à 52 heures de travail par semaine pour les entreprises de plus de 300 salariés a été mise en place par Moon Jae-in en 2018. Un délai d’un an avait été accordé aux entreprises de bus. Actuellement les chauffeurs de bus travaillent 68 heures par semaine. Ce changement du nombre d’heures travaillées aura un impact sur le salaire perçu de plus d’un million de Won soit 757 euros. Ils demandent donc une hausse de la rémunération horaire.

De leur côté, les entreprises demandent au gouvernement et administrations locales de financer la perte de salaire des chauffeurs de bus, cependant aucune réponse n’a été apportée.

Les entreprises ont aussi demandé aux mairies de mettre en place une hausse du prix des trajets afin de pouvoir répondre à la demande de leur salariés. Encore une fois, aucune réponse n’a été apportée.

Cette grève sera nationale. A Séoul, sur 61 entreprises s’occupant du transport public des bus, 89,3% des 16 034 employés syndiqués ont voté favorable pour la grève. 97% des 5 387 chauffeurs de bus à Busan y sont aussi favorables. Plus de 96% d’avis favorable pour les chauffeurs de la province Gyeonggi. Les provinces de Gwangju et South Chungcheong, 95% d’avis favorables. Comme vous pouvez le comprendre, presque l’unanimité des chauffeurs syndiqués sont favorables à la grève de ce mercredi 15 mai.

La grève étant approuvée des négociations seront tenues entre employés et employeurs avant mardi, c’est la loi.

Le retour de la surenchère entre Corée du Nord et Etats-Unis

Previous article

La femme qui a tenté de se suicider va devoir rembourser

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply