Le parti au pouvoir a adopté un projet de loi interdisant les campagnes de tracts anti-Pyongyang ce mercredi.

Le projet de loi est maintenant soumis à un examen juridique par la commission législative du Parlement avant d’atteindre le vote final.

Les membres du parti de la commission des affaires étrangères et de l’unification ont voté les amendements de la loi sur le développement des relations intercoréennes initiée par Song Young-gil, qui préside la commission.

Les législateurs du principal parti d’opposition, le Parti du pouvoir populaire et un autre parti d’opposition, ont quitté la réunion pour s’opposer au projet de loi.

La révision, si elle est approuvée, imposerait jusqu’à trois ans de prison ou des amendes allant jusqu’à 30 millions de wons (27 200 dollars) à ceux qui violent l’accord intercoréen, par exemple avec la distribution de tracts à la ligne de démarcation militaire.

Le ministère de l’Unification a salué cette décision.

Nous allons installer les bases du développement de relations intercoréennes durables en prenant la décision (du comité) que l’accord entre les deux Corées doit être respecté et mis en œuvre

Ministère

Le parti de l’opposition s’est opposé au projet de loi, arguant qu’il restreint excessivement la liberté d’expression garantie par la Constitution.

Le parti au pouvoir a déclaré que le projet de loi était conçu pour la sécurité des résidents de la zone frontalière.

Bien que la liberté d’expression soit importante, nous ne pouvons pas négliger la responsabilité de l’État de protéger la vie et la sécurité du peuple

Kim Youngho, parti démocrate (au pouvoir)

Le représentant Chung Jin-suk du Parti du pouvoir populaire a déclaré qu’il demanderait une décision de la Cour constitutionnelle sur la constitutionnalité du projet de loi si l’Assemblée nationale l’approuvait.

Les législateurs de l’opposition ont qualifié le projet de loi de soumission pathétique au Nord à la suite d’une plainte de la sœur du leader nord-coréen Kim Jong-un, Kim Yo-jong.

En juin, Kim Yo-jong a publié une déclaration fermement formulée condamnant une campagne de tracts par un groupe civique, affirmant que la bonne foi et la réconciliation ne peuvent jamais aller de pair avec de telles activités hostiles.

De toute évidence, les autorités sud-coréennes seront obligées de payer le prix fort si elles laissent cette situation continuer tout en faisant des sortes d’excuses

Presse nord coréenne

Publié par KoreaHerald, traduit et addapté par KoreaIsGood.

Hausse de cas de coronavirus : plus de restrictions mais pas de niveau 2.5 à Séoul

Previous article

Plus de 25% des entreprises coréennes prévoient des licenciements

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply